Vous rêvez d’exercer des tas de métiers ?
Votre besoin d’apprendre est sans limites ?
Vous fonctionnez de manière atypique, non conventionnelle ?
C’est hors de votre zone de confort que vous « grandissez » le plus ?
  • Vous en avez plusieurs
  • Vous en changez souvent
  • Vous alternez emploi salarié (ou fonctionnaire) et statut indépendant
  • Vous apprenez vite
  • Vous développez sans cesse de nouvelles compétences
  • Une fois que vous maîtrisez un nouveau domaine, vous passez au suivant
  • Vous craignez la routine
  • Vous fuyez les « étiquettes » qu’on tente de vous attribuer
  • Vous privilégiez la vision d’ensemble plutôt que les détails ?
  • Votre capacité d’adaptation est naturelle
  • Vous pensez en « dehors de la boîte »
  • Vous apportez des solutions innovantes dans des domaines dont vous ignorez tout

Vous avez répondu « OUI » à une majorité de questions ?

BRAVO !
Vous êtes un entrepreneur multipotentiel.

Le saviez-vous ?

Vous faites partie des 30 % de la population qui fonctionnent sur un mode intuitif * dominant

* Selon les types MBTI (Myers Briggs Type Indicator)
30 % de la population a une intelligence intutitive dominante

Vous êtes souvent surpris par la fulgurance de vos idées

par votre intuition !

Vous êtes « traversé » par les solutions.
Elles s’imposent à vous comme des évidences.

Il suffirait de les appliquer pour obtenir des résultats.

Vous savez que vos idées fonctionnent.

Elles ont une valeur inestimable.

Mais voilà,

Les gens ne comprennent pas toujours vos idées.
Rares sont ceux qui en perçoivent la vraie valeur.

C’est plus fort que vous :

Quand vous trouvez intuitivement une bonne idée, vous la partagez.

Puis d’autres idées surgissent pour compléter la première et former un tout cohérent.

C’est votre intuition qui vous fait ce cadeau.

C’est grisant, votre enthousiasme est palpable.

Mais vous êtes seul (e) à voir la cohérence et la portée de vos idées.

Alors, vous argumentez, vous cherchez à convaincre…

… et vous produisez de la résistance chez votre interlocuteur.

Sceptique, il se tient à distance de votre tourbillon.

Vous masquez votre enthousiasme devenu contreproductif.

Cette fois encore, votre idée va retourner d’où elle venait, sans rien produire, ni pour les autres ni pour vous.

Vous continuez à croire que cette idée géniale pourrait donner des résultats.

Vous en êtes certain.

Vous seriez prêt à vous y investir.

Plus l’idée sera géniale, plus il vous faudra de temps pour « redescendre ».

Vous vous dites qu’un jour vous trouverez les bons interlocuteurs.

Ceux qui vous manquent pour transformer votre énorme potentiel en résultats.

Parfois, c’est pire !

Vous partagez une idée qui ne semble pas
retenir l’attention de votre interlocuteur…

Pourtant, vos propos sont clairs.

Vous donnez de nombreux détails pour illustrer votre idée ou étayer la solution que vous proposez.
Mais votre interlocuteur reste distant.

C’est comme si quelque chose lui manquait pour partager votre vision.

Ici encore, vous gardez votre enthousiasme sous contrôle.

Quelque temps après, le même interlocuteur vient vous expliquer, en détail, la solution que vous lui aviez présentée, en « oubliant » qu’elle venait de vous !

Vous ressentez de l’injustice.

Vous vous sentez désarmé aussi.

Il vous arrive d’en vouloir aux autres de ne pas reconnaître votre talent.

Vous avez tout essayé pour qu’on reconnaisse votre multipotentialité à sa juste valeur.

Vous savez que vos idées valent de l’or.

Trop souvent, vous les avez données sans en retirer le moindre fruit.

Vous ne trouvez pas comment les valoriser.

Vous avez tenté de ne pas les dévoiler, d’en dire le moins possible pour ne pas vous faire « dépouiller ».

Mais personne n’achète sans voir, et quand vous vous résignez à expliquer votre idée, personne ne veut plus la payer !

Après tout, ce n’est qu’une idée. Tout le monde peut en avoir…

Si seulement on venait vous chercher pour vos bonnes idées.

Si on pouvait vous les acheter.

Ça vous éviterait de jouer le rôle du « vendeur » dans lequel vous n’avez jamais été à l’aise.

Finalement, vous avez d’excellentes idées mais personne ne les sollicite et vous ne trouvez pas comment les valoriser.

La meilleure solution serait d’avoir un « bon commercial » à vos côtés.

Vous auriez les idées, il les vendrait.
Ce serait parfait.

Mais vous ne trouvez pas le commercial capable de vendre des idées.

Alors, vous vous contentez d’avoir de bonnes idées, de temps en temps, comme un passetemps pour rompre la routine que vous détestez tant.

Et puis, vous continuez à donner vos idées en or.

Vous en avez tellement et elles vous arrivent si facilement !

Vous avez le sentiment qu’on ne vous comprend pas.

Au fond, vous souffrez que personne ne reconnaisse votre immense potentiel.

Vous savez que vous avez tout pour réussir.

Vos talents sont nombreux.

Vous vous adaptez très vite à toutes les situations.

Ce sont des forces qu’on vous envie.

Vous ne comprenez pas comment d’autres, qui vous semblent moins doués que vous, s’en sortent si bien.

Avec tout ce que vous savez, avec votre envie d’apprendre en permanence, votre entourage ne comprend pas pourquoi vous ne réussissez pas mieux.

Et puis, vos proches, vos amis, vous reprochent d’être dispersé, de toucher à tout, d’être incapable de vous fixer dans un emploi ou sur un métier stable.

Vous trouvez de l’incompréhension et de l’indifférence en réponse à vos multiples compétences.

Ils voudraient vous aider, mais ils ignorent que votre multipotentialité serait bridée dans un job étriqué.

Leurs conseils bienveillants vous font douter de vous et de vos nombreux talents.

 

Si je décris ce que vous vivez avec précision, si les mots que j’emploie correspondent à ce que vous ressentez au quotidien, il y a une explication :

j’ai moi-même vécu ces difficultés, ces doutes, ces incompréhensions.

J’ai investi dans d’innombrables formations, dans de nombreuses méthodes de communication, dans le mindmapping, le marketing, l’écriture, la schématique, le web, la vidéo, le son…

J’ai passé plusieurs années à travailler la prise de parole en public dans des groupes spécialisés en croyant que c’était la clé et que tout allait changer.

J’ai tout tenté pour faire comprendre la valeur de ce que j’avais dans la tête.

Je m’y suis cassé les dents pendant près de 40 ans.

Je croyais qu’on ne me comprenait pas.

J’ai fini par comprendre que je me trompais.

Je rendais les autres responsables.

Mais c’était moi qui ne me connaissais pas.

Je n’avais pas mon mode d’emploi !

Ce sentiment qu’on ne me comprenait pas était une croyance qui m’a fait perdre des années.

Elle m’empêchait de voir que c’était moi qui ne comprenais pas mon propre fonctionnement.

Laissez-moi vous expliquer ça.

Quand on a une intelligence intuitive dominante, on fait partie d’une minorité de 30 % de la population.

La majorité, 70 % des gens, fonctionne avec une autre forme d’intelligence dominante : l’intelligence séquentielle et linéaire.

Notre société favorise clairement l’intelligence séquentielle et linéaire.

De l’école à l’entreprise, tout est conçu par cette majorité, pour cette majorité.

L’intelligence intuitive n’est pas seulement mal comprise, elle ne porte pas de nom !

Autrement dit, elle n’existe pas !

J’ai passé des années à me sentir en décalage, à ne pas trouver ma place.

viex telephone nigC’est comme si j’avais passé ma vie à utiliser un puissant smartphone avec la notice d’un téléphone à cadran.

 

 

D’un côté, je sentais au fond de moi de multiples potentiels qui ne parvenaient pas à s’exprimer.

De l’autre, je constatais ma difficulté à valoriser ces potentiels sans trouver de cas semblable au mien qui aurait pu m’aider.

C’est en faisant un bilan de compétences que tout s’est éclairé (mais pas comme je l’aurais imaginé…)

J’avais tellement de difficultés à trouver ma place que je me suis résigné à faire un bilan de compétences.

J’ai très vite compris que ce bilan faisait la liste de tout ce qui me manquait pour faire partie de la « majorité séquentielle ».

Ce que j’appelle aujourd’hui mon intelligence intuitive n’avait pas retenu l’intérêt de mon interlocutrice.

Manifestement perdue dans des critères inadaptés, elle finit par me dire que si je ne trouvais pas ma place c’est parce que j’étais paresseux.

Au cas où j’oublierais, rappelez-moi de vous parler de la paresse (elle n’existe pas, j’en suis convaincu, je vous expliquerai pourquoi).

Cette fois, c’était limpide.

Malgré elle, cette spécialiste me fit comprendre 3 clés essentielles :

  • notre intelligence multipotentielle est jugée avec des critères séquentiels inadaptés,
  • l’intelligence multipotentielle est une « boîte noire » inaccessible à la pensée linéaire,
  • pour accéder à mon plein potentiel, je devais en trouver le mode d’emploi de l’intelligence multipotentielle et intuitive.

Personne ne pouvait me donner le mode d’emploi de l’intelligence multipotentielle et intuitive, car ce mode d’emploi n’existait pas.

C’est normal, il faut une intelligence séquentielle et linéaire pour concevoir un bon mode d’emploi.

Ceux qui ont cette intelligence dominante n’en éprouvent pas le besoin.

Ceux qui en ont besoin ne savent pas comment le concevoir…

J’en avais tellement besoin que j’ai décidé de créer le mode d’emploi qui me manquait…

CONTINUER